CAN 2019: un bilan « plutôt négatif »… Il faut un remplacement (Bakambu)

Éliminée en 8es de finale de la Coupe d’Afrique des Nations Égypte 2019, la RDC est passée à côté de ses objectifs.
En gros, le bilan du pays des Léopards « est plutôt négatif » a dit l’international Cédric Bakambu au cours d’une interview accordée à nos confrères de Sofoot.

« Parce que tout le monde attendait beaucoup plus de l’équipe nationale, même si on a sauvé les meubles en se qualifiant de justesse pour les huitièmes de finale (lors desquels la RDC s’est fait éliminer aux tirs au but par Madagascar, N.D.L.R.).
On n’a gagné qu’un match sur quatre, et concernant le jeu, on n’a pas été à la hauteur de nos attentes et de celles du public » s’est justifié l’attaquant de Beijing Guoan (Division 1 chinoise).

Loin d’une décente aux enfers, le 11 national est plutôt en fin de cycle pense l’ancienne gâchette de Villareal.

« Je pense que l’équipe arrive à la fin d’un cycle et maintenant, l’important va être de savoir réagir en rectifiant rapidement les choses parce qu’il faudra être prêt pour les prochaines échéances qui vont arriver très vite. »

Il faut un remplacement

« Lorsqu’un joueur est mauvais, on le remplace.
Je pense qu’il devrait en être de même à tous les niveaux, que ce soit pour les entraîneurs ou pour les responsables de la Fédération.
Le football de haut niveau réclame de l’exigence à tous les niveaux, avec des remises en question à tous les postes.
Et aujourd’hui, à titre personnel, je pense que Florent Ibenge n’est plus l’homme de la situation, même si je n’oublie pas qu’il a fait du très bon travail à la tête de la sélection.
Lorsqu’il a été nommé, l’équipe était au plus bas et il l’a menée à la troisième place de la CAN en 2015, puis en quarts en 2017.
Mais aujourd’hui, la sélection ne progresse plus.
Pour passer un cap, je pense que nous devons renouveler le staff.
À sa décharge, il faut aussi dire que Florent Ibenge n’a pas été aidé, dans le sens où il n’a pas forcément été mis dans les meilleures conditions.
En plus de la sélection nationale, il doit s’occuper de son club, l’AS Vita, qu’il entraîne également.
Donc, il manque de temps.
Je lui ai déjà demandé pourquoi il ne venait pas nous voir jouer dans nos clubs respectifs.
Il m’a répondu qu’il n’avait pas le temps, et que ce n’était pas lui qui décidait, mais les instances.
Normalement, cela ne devrait pas être à moi de démarcher les binationaux pour qu’ils rejoignent la sélection comme je l’ai fait avec Arthur Masuaku, Gaël Kakuta, Giannelli Imbula ou même Steven Nzonzi. Au niveau de la Fédération, il faut vraiment que des mesures soient prises pour qu’on puisse avancer tous ensemble.

L’ex international français Claude Makélélé est pressenti comme successeur de Florent Ibenge (d’après les rumeurs), Bakambu ne le connaît pas bien.

« Je sais qu’il était à Kinshasa la semaine dernière, pour rencontrer le président de la République.
Mais personnellement, je ne le connais pas, donc je ne sais pas ce qu’il en est exactement.
Tout ce que je sais, c’est qu’il a été un très grand joueur, qu’il connaît le football mieux que nous tous et que son expérience lui donne suffisamment de crédibilité pour postuler de telles responsabilités.
Je ne vais pas cacher que me faire entraîner par Claude Makélélé serait un honneur, mais encore une fois, je ne suis au courant de rien.
J’attends simplement la suite » a t-il avoué avant de boucler son speech.
Pour rappel, Cédric Bakambu a inscrit 3 buts dont un doublé en 4 sorties lors de la défunte CAN.
Il n’a été distancé par le meilleur buteur, Odion Ighalo que de deux réalisations.
Le médaillé de Bronze Nigerian, lui qui a livré 3 matchs de plus que l’offensif Congolais (7 au total).

Richard Muhima

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *